24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 14:28


VERY SOON A LIMITED EDITION PRINT ON CANVAS
TRES BIENTÔT "SERIE LIMITEE PRINT SUR TOILE".


Serie limitée signée numérotée
TOILE TENDU SUR CHASSIS DIMENSION 100 X 0.50 CM
Model BERNIE DEXTER



www.dvicente-art.com



Partager cet article
Published by D.Vicente - dans D.Vicente
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 15:33




Hiram "Hank" King Williams est né le 17 septembre 1923 et décédé le 1er janvier 1953. Il était un chanteur, guitariste et compositeur américain qui devint une icône de la musique country et du rock, et l'un des plus influents musiciens du XXe siècle. Adepte influent du style Honky tonk, il enregistra de nombreux disques à succès, et son charisme sur scène ainsi que ses compositions concises alimentèrent sa célébrité. Son catalogue musical est l'une des colonnes vertébrales de la musique country, et on y trouve par ailleurs plusieurs standards pop. Il a été repris par des artistes pop, gospel, et rock. Sa légende n'a fait que croître depuis sa mort prématurée à l'âge de 29 ans. Son fils Hank Williams, Jr., sa fille Jett Williams, et ses petits-fils Hank Williams III et Holly Williams sont aussi des musiciens professionnels.

Hank Williams a bouleversé son époque mais pas seulement. Hank Williams est l’un des artistes les plus importants de la musique populaire du xx ème siècle. Il a inspiré les plus grands : Ray Charles, Elvis Presley, Louis Armstrong ou encore les Beatles. Aujourd’hui son influence sur les orientations de la musique moderne sont incontestables. La tempête fait rage, de violentes bourrasques font tanguer la voiture de Hank Williams. Sa femme le trompe, son dos le tiraille et son taux d’alcoolémie a déjà dépassé les limites du raisonnable. Déprimé, tranquillement assis sur le siège arrière, il vient de finir une nouvelle composition. Il en est presque à regretter les années où il chantait dans les medecine shows et les bars de Montgomery et de sa région. Avec le succès, les problèmes se sont multipliés à une vitesse impressionnante. Ses douleurs à la colonne vertébrale qui lui avaient laissé un peu de répit se sont réveillées. Hank tient grâce à un cocktail de morphine et d’alcool qui lui donne souvent l’air absent, ahuri. Sa femme, Audrey, qui l’avait déjà quitté une première fois vient de repartir avec leur fils Hank jr. Elle l’a trompé de nombreuses fois, harcelé durant des jours et des jours pour faire une carrière musicale qui s’est avérée chaotique, aujourd’hui elle compte bien récupérer une partie du magot de son mari.

En quatre ans le jeune chanteur est passé du statut d’inconnu à celui de super star de la country music, il a connu l’amour et la déception, la naissance d’un fils, l’hôpital et la prison. A l’image du vieux bluesman noir Rufus Payne dit Tee-Tot qui lui a apprit la guitare dans les rues de Georgiana, Hank Williams exprime son Blues. Ce blues qui fait que sa musique est si différente des autres. Après plusieurs années de galère Hank Williams rentre en studio. Lors d’une séance, le 21 avril 1947, il enregistre deux titres qui vont marquer les esprits et qui sont le début d’une œuvre qui changera la face de la musique américaine. « I saw the light », un gospel, et « Move it on over », un morceau annonçant l’arrivée du Rockabilly, et avec lequel il prend 10 ans d’avance sur ses contemporains. Frank Walker et Fred Rose qui ont été les premiers à le faire enregistrer pour MGM, perçoivent le potentiel du jeune homme et continue sur leur lancé.

A cette époque sa vie se partage entre séances en studio et concerts. Sa notoriété commence à déplacer les foules. Plusieurs de ses titres démontrent une ingéniosité tant au plan musical, (son toucher bluesy apporte une fraîcheur, un style, le Honky Tonk), qu’au niveau des textes qui savent se faire aussi drôles que désespérés. Les salles deviennent rapidement trop petites mais c’est en mars 1948, en reprenant « Lovesick blues », qu’il est littéralement propulsé à la tête des charts. Hank Williams animait depuis quelques mois un tout nouveau spectacle radiophonique avec ses Drifting Cowboys, le Louisiana Hayride. Grâce au succès, on lui déroule le tapis rouge pour prendre la tête du Grand Ole Opry, l’émission vedette de Nashville. L’alcool coule à flot, sa vie se déchire. Durant deux ans, plus il monte dans les classements, plus son mal-être le mine, forçant sa créativité et le détruisant chaque fois un peu plus, « My son calls another man daddy », « I’m so lonesome I could cry » ou « I'll never get out of this world alive », qu’il vient d’enregistrer en décembre 1952. Seul dans cette voiture son cerveau tourne à plein régime, les idées s’entrechoquent mais bien sûr il ne s’imagine pas que ce titre sera son dernier hit. Quelques jours plus tard Hank Williams prend un taxi dont il ne sortira pas vivant. Sur la route pour un concert à Canton dans l’Ohio, le cocktail médicament-alcool fait effet bien au-delà de ce qui était prévu. A l’arrivée le chauffeur cherchera à le réveiller mais le corps déjà froid du chanteur ne bougera plus. Il est mort comme une rockstar, la première du genre. Il n’a rien inventé mais a tout changé.


www.hankwilliams.com

Partager cet article
Published by D.Vicente - dans Music
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 13:00




Hasil Adkins 29 avril 1937 - 26 avril 2005, pionnier du Punk Rock, homme orchestre, était un musicien de country, rock and roll, blues bien que sa musique ait souvent été considérée comme rockabilly voire même comme du jazz primitif. Il nait dans le comté de Boone en Virginie occidentale, ou il résidera toute sa vie durant, près de Madison. Fils d'un mineur de charbon, il est le benjamin d'une famille de dix enfants, il était à la fois sévèrement dépressif et hyperactif.  Enfant, il entend un jour Hank Williams à la radio et est persuadé que ce dernier est tout seul pour faire "tout ce boucan". C'est ainsi que nait son One man band. Il joue de tout à la fois lors de ses performances : guitare, batterie, harmonica, chant (et vodka si l'on en croit le livret de son album Achy Breacky ha ha ha).  Son hyperactivité se traduit par une créativité hors du commun. Il a composé plus de 7000 chansons et était capable de toutes les jouer ainsi que 2000 reprises de mémoire. Les plus connus sont "She said", "Chicken walk", "We got a date", "I'm happy" ou encore "No more hot dogs". Les thèmes récurrents de son œuvre sont l'amour, la rupture, la mort, la police, la viande en boite, les aliens, la guitare, les poulets et la décapitation. Dans une de ses chansons il annonce à sa petite amie qu'il va lui couper la tête (et l'accrocher à son mur) afin qu'elle ne puisse plus manger de hot-dogs.  Il fut le créateur de deux danses éphémères : le Hunch ("recroquevillement") et le Chicken Walk (Sorte de Danse des canards sexualisée). Il a également participé à plusieurs films . Il décède le 26 avril 2005.

En 55, Hasil Adkins invente le psychobilly sans le savoir. Un demi-siècle plus tard, il est vénéré par les Cramps, Motorhead ou Marylin Manson. White Trash? Un art de vivre!Lorsqu'il entend l'animateur donner le nom de Hank Williams, sur sa radio à la fin des années 40, Hasil imagine que le musicien joue de tous les instruments à la fois. Il devient alors le premier homme-orchestre du rock'n roll naissant. Aujourd'hui encore, ses concerts dans les petites villes américaines déchaînent un public très… roots.Issu d'une famille de 9 enfants, Hasil Adkins est né en 1937 près de Madison en Virginie, dans une maison de papier goudronné. Son père, mineur, lui déconseille de le suivre au fond des puits de charbon. Il décide de devenir mécanicien. Aujourd'hui, Hasil habite à 100 mètres de son lieu de naissance, dans une caravane depuis l'inondation de son petit motel.

Dans les années 40, tu trouvais pas de guitares ici. Y'avait qu'un seul mec qui en avait une. Une Gibson. C'est tout. Quand il était saoul, il te laissait en jouer. Une fois j'ai dû lui tourner autour pendant 2 ou 3 jours, à attendre qu'il soit assez bourré… Y'avait 4 ou 5 mecs pétés dans la salle qui buvaient avec des femmes, ils me disaient de jouer, de m'amuser avec la guitare. Quand ils ont débourré, ils me l'ont vite reprise! Une fois gagné par le démon de la country et du hillbilly, poussé par sa mère, Hasil apprend à jouer de la guitare, de l'harmonica, de la batterie et invente un style de rock unique, à la fois primitif et exubérant. Un critique dira de lui que "l'année où naquit le rock'n roll, en 1955, il était déjà en train de le tuer". Des dizaines de vinyls plus tard, Hasil reste infatigable.
Au fil des ans, Hasil aurait écrit 7000 chansons. Tout seul dans sa caravane avec un magnéto à bandes acheté avec son salaire de mécano, il produit lui-même ses propres 45 tours. Ses principales sources d'inspiration: le godfather de la country Hank Williams, le rocker Chuck Berry ou le virtuose albinos Piano Red. Dès 55, alors que Bill Haley et ses Comètes parlent de "fête jusqu'au bout de la nuit", ou que Gene Vincent et Elvis chantent l'amour, Hasil Adkins écrit des rockabillies gore où il est question de décapiter sa petite amie et de l'accrocher au mur. Un style fou furieux, loin d'un rock'n roll déjà commercial et propret.

                  

"Bill Haley ouais, il avait un son country qui swinguait, "Rock Around the Clock", tout ça. Je sais qu'il a gagné plein de fric avec et que c'était un tube. J'aime bien les paroles mais le son "country swing" tu vois, ça m'excite pas du tout. J'ai plein de chansons cochonnes, mais je les sors pas comme ça. Sur "Shake that thing", tu peux imaginer ce que tu veux. Si t'as un esprit mal tourné, c'est ton problème: j'y peux rien. Moi je pense à l'opposé."



www.hasiladkins.com

Partager cet article
Published by D.Vicente - dans Music