17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 09:05




Richard Corben (né le 1er novembre 1940) est un dessinateur et scénariste de bande dessinée américain. Corben est surtout connu pour ses œuvres de fantasy. Il a été l'un des piliers du magazine Heavy Metal.

Il est né dans une ferme à Anderson dans le Missouri. Il étudia au Kansas City Art Institute, diplômé en 1965.

La série la plus connue de Richard Corben est Den, l'histoire d'un jeune nerd qui, dans le pays imaginaire de Neverwhere, devient un guerrier musculeux se promenant le plus souvent nu et vivant d'improbables aventures érotico-fantastiques.

En 2000, il a dessiné l'arc « Hard Times » de la série Hellblazer (#146-150), scénarisé par Brian Azzarello et publié par Vertigo. L'année suivante, on le retrouve chez Marvel, encore avec Azzarello, sur Banner, mini-série hors-continuité en quatre épisodes consacrée au personnage de Hulk. Et un an plus tard la même équipe réalise la mini-série en 5 numéros Cage, consacrée à Power Man. Il enchaîne avec Punisher : The End, one-shot scénarisé par Garth Ennis qui met en scène les derniers jours du personnage dans le futur.

En 2005, il a réalisé le deuxième numéro de l'anthologie Solo de DC Comics où on le voit notamment s'essayer au western pour la première fois de sa carrière. Entre temps, il a commencé à réaliser des adaptations de Swamp Thing, créature marécageuse popularisée par Berni Wrigthson ou Alan Moore et immortalisée au cinéma par Wes Craven. En tout, il réalisera trois épisodes consacrés à la « Créature du Marais » chez DC Comics. Puis, il a signé, sur un scénario de Steve Niles et de Rob Zombie, le dessin de Big Foot. Il y dépeint la traque vengeresse d'un homme dont les parents ont été sauvagement agressés par le célèbre équivalent nord-américain du yéti. Début 2006, Richard Corben a dessiné la mini-série en deux épisodes Hellboy : Makoma, en collaboration avec Mike Mignola, créateur de ce super-héros.

Au cours de l'été 2006, il a livré chez Marvel le dernier épisode d'une trilogie intitulée Edgar Allan Poe's Haunt Of Horreur. Constituée de dix relectures graphiques de l'œuvre de Poe, cette série en noir et blanc le voit renouer avec des récits horrifiques comme The Tell-Tale Heart ou The Sleeper, dans la lignée de sa récente Maison au bord du monde ou de ses adaptations plus anciennes du poète (La Chute de la maison Usher ou The Raven, ici réactualisé). Dans un autre registre, Israfel s'avère un prolongement de la veine « gangsta rap » initiée par le récit Cage, The Happiest Day un court récit de massacre urbain contemporain tandis qu'Eulalie, récit de la misère sexuelle ordinaire, peut être perçu comme un clin d'œil au recueil Créatures De Crève.

Fin 2006, il sort de nouveau du registre fantastique/SF en signant l'un des courts récits du deuxième volume d'American Splendor de Harvey Pekar. Il y illustre un épisode de la vie d'un homme ordinaire d'âge mûr. Dans la foulée, Corben revisite une nouvelle fois un super-héros de l'univers Marvel, Ghost Rider alias Johnny Blaze. Pour ce personnage de motard surhumain, spectre en cuir clouté revenu du brasier, il fait équipe pour deux volumes avec le coloriste José Villarrubia, dont on avait déjà pu croiser les couleurs saturées dans Cage.

Toujours chez des éditeurs mainstream comme DC Comics ou Dark Horse, il s'illustre ensuite avec plusieurs couvertures : "Jonah Hex", "Living with the dead", "Unknown Soldier", "Cable". Corben se révélera particulièrement prolifique en 2008. Après Edgar Poe, il rend hommage à Lovecraft dont il adapte neuf nouvelles. "Dagon" contient des réminiscences de la saga de Den (hommes poissons, poulpe géant...) tandis que "The Canal" peut être interprété comme la vision de l'artiste des inondations à la Nouvelle-Orléans. "The Lamp" renoue avec les récits de pilleurs de tombes aggressés par des monstres, très courants dans l'oeuvre de Corben. Parallèlement, il signe une nouvelle collaboration avec Mike Mignolia, pour une autre aventure d'Hellboy en trois épisodes intitulée "The Crooked Man", où sorcellerie et zombies abondent. On remarquera son travail sur la série "Conan The Cimmerian", où il réalise plusieurs dizaines de pages d'histoires à l'intérieur du récit principal. Il revient ainsi à un travail d'adaptation d'Howard, oeuvre au sein de laquelle il n'avait pas puisé depuis 1976 et "Bloodstar". La première partie du récit, qui conte les aventures de Conacht, grand-père de Conan le barbare, est consacrée à des lycanthropes (loups garous), comme on en a pu en croiser tout au long de l'oeuvre de Corben, et notamment dans le recueil "Belles à croquer" (1985).



        


                

www.corbenstudios.com/

Published by D.Vicente - dans Art
17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 08:28



John Romita, Sr
. (better known as simply John Romita) (born January 24, 1930) is an Italian-American comic-book artist best known for his work on Marvel Comics' The Amazing Spider-Man. He was inducted into the Comic Book Hall of Fame in 2002.

Romita is the father of John Romita, Jr., also a comic-book artist.John Romita graduated from the School of Industrial Art in 1947. He broke into comics on the seminal series Famous Funnies. "Steven Douglas up there was a benefactor to all young artists", Romita recalled. "The first story he gave me was a love story. It was terrible. All the women looked like emaciated men and he bought it, never criticized, and told me to keep working. He paid me two hundred dollars for it and never published it — and rightfully so".

Romita was working at the New York City company Forbes Lithograph in 1949, earning $30 a week, when a friend from high school whom he ran into on a subway train offered him $20 a page to pencil a 10-page story for him as uncredited ghost artist. "I thought, this is ridiculous! In two pages I can make more money than I usually make all week! So I ghosted it and then kept on ghosting for him", Romita recalled.[1] The friend worked for Marvel's 1940s forerunner, Timely Comics, which helped give Romita an opportunity to meet editor-in-chief and art director Stan Lee.

Romita's first known credited comic-book art is as penciler and inker on the six-page story "The Bradshaw Boys" in Western Outlaws #1 (Feb. 1954) for Marvel's 1950s predecessor, Atlas Comics. He went on to draw a wide variety of horror, war, romance and other comics for Atlas. His most notable work for the company was the short-lived, 1950s revival of Timely's hit character Captain America, in Young Men #24-28 (Dec. 1953 - July 1954) and Captain America #76-78 (May-Sept. 1954).

He also was the primary artist for one of the first series with a Black star, "Waku, Prince of the Bantu" — created by writer Don Rico and artist Ogden Whitney in the omnibus title Jungle Tales #1 (Sept. 1954), and starring an African chieftain in Africa, with no regularly featured Caucasian characters. Romita succeeded Whitney with issue #2 (November 1954).


   

Spider-Man

The Amazing Spider-Man #50. Cover art by Romita and Mike Esposito.

At Marvel, Romita returned to superhero penciling after a decade working exclusively as a romance-comic artist for DC. He felt at the time that he no longer wanted to pencil, in favor of being solely an inker:
“  I had inked an Avengers job for Stan, and I told him I just wanted to ink. I felt like I was burned out as a penciler after eight years of romance work. I didn't want to pencil any more; in fact, I couldn't work at home any more — I couldn't discipline myself to do it. He said, 'Okay,' but the first chance he had he shows me this Daredevil story somebody had started and he didn't like it, and he wanted somebody else to do it". He showed me Dick Ayers' splash page for a Daredevil [and] asked me, 'What would you do with this page?' I showed him on a tracing paper what I would do, and then he asked me to do a drawing of Daredevil the way I would do it. I did a big drawing of Daredevil ... just a big, tracing-paper drawing of Daredevil swinging. And Stan loved it. 

Romita began a brief stint on Daredevil beginning with issue #12, initially penciling over Jack Kirby's dynamic layouts as a means of learning Marvel's storytelling house style. It proved to be a stepping-stone for his famed, years-long pencilling run on The Amazing Spider-Man. "What Stan Lee wanted was for me to do a two-part Daredevil story [#16-17, May-June 1966] with Spider-Man as a guest star, to see how I handled the character".

Coming to The Amazing Spider-Man as successor of Spider-Man co-creator Steve Ditko, Romita initially attempted to mimic Ditko's style, but brought his own clean, soap operatic style of illustration to the book, and made the character his own.

Romita was the artist for the Spider-man newspaper strip, from its launch in January 1977 through late 1980.

Marvel Comics art director

When editor-in-chief and art director Stan Lee assumed the position of publisher, he promoted Romita to the latter position. In that capacity, Romita played a major role in defining the look of Marvel Comics and in designing new characters. Among the characters he helped design are the Punisher, Wolverine, and Brother Voodoo.

Following his retirement from day-to-day comics work, Romita returned to draw his signature character Spider-Man on latter-day occasions. He was one of six pencilers on Peter Parker, the Spectacular Spider-Man #121 (Dec. 1986), and he penciled a nine-page story "I remember Gwen" in The Amazing Spider-Man #365 (Aug. 1992, the 30th-anniversary issue) and an eight-page backup story starring the conflicted hero and supporting character the Prowler in Peter Parker, the Spectacular Spider-Man Annual #13 (1993).

He both penciled and inked the 10-page backup story "The Kiss — a flashback in which Peter Parker (Spider-Man) and his girlfriend Gwen Stacy share their first kiss — in Webspinners: Tales of Spider-Man #1 (Jan. 1999). He also drew an alternate-universe version of the Spider-Man characters in the one-shot Spidey: A Universe X Special (2001), and penciled the final four pages of the 38-page story in the milestone The Amazing Spider-Man #500 (Dec. 2003). Romita also drew one of four covers to the April 27 - May 3, 2002 issue of TV Guide.

Additionally, Romita contributed to multi-artist jams in commemorative issues. He did a panel in Captain America vol. 3, #50 (Feb. 2002), starring the first Marvel superhero he'd drawn; a portion of Iron Man vol. 3, #40 (May 2001), although the hero was not one of the artist's signature characters; a panel for Daredevil vol. 2, #50 (Oct. 2003); and a few pages featuring Karen Page in Daredevil vol. 2, #100 (Oct. 2007), done in the style of the romance comics he had drawn decades earlier. Romita both penciled and inked the cover of Daredevil vol. 2, #94 (Feb. 2007) in that same romance-comics style. The following year he drew a variant cover of his signature series, for The Amazing Spider-Man #568 (Oct. 2008)

In the mid-2000s, Romita sat on the board of directors of the charity A Commitment to Our Roots.


Interview :
www.twomorrows.com/comicbookartist/articles/06romita.html

Published by D.Vicente - dans Comics
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 09:45


Strange est un magazine de bande dessinée publié de janvier 1970 à mars 1998 par les éditions Lug puis par les éditions Semic. Strange a démarré sa carrière éditoriale en petit format en alternant, une page sur deux, une bichromie verte ou rouge avec le noir et blanc. Après dix numéros, la revue passe au format 18 x 26 cm plus proche du format d'origine et adopte définitivement la couleur. Dès le premier numéro (qui est devenu très rare et s'échange à près 400 euros), des personnages de comics célèbres outre-Atlantique apparaissent tels que :

    * Les mutants X-Men, (Uncanny X-Men)
    * L'invincible Iron Man
    * L'Intrépide Daredevil
    * Le Surfer d'argent (Silver Surfer)

Viendront ensuite d'autre personnages déjà apparus dans d'autres séries des éditions Lug comme :

    * L'Homme Araignée (Spider-Man) (dès le Strange n°18)
    * Captain Marvel I (Strange 64-89)
    * L'Homme Impossible
    * Iron Fist, l'Homme au poing de fer
    * La Division Alpha
    * Les Vengeurs
    * Rom, le Chevalier de l'espace
    * Les Inhumains
    * Défenseurs

   Et d'autres séries de moindre importance.

    * Ka-Zar l'Homme de la Jungle
    * Namor
    * Deadpool
    * Fury du SHIELD, Nick Fury


Cette revue a donné naissance à plusieurs magazines hors-séries : Spécial Strange, Strange Spécial Origines, Strange Vacances, Strange Spécial Jeux. Un reproche fait régulièrement à Strange et aux autres magazines Lug/Semic était la censure exercée sur un certain nombre de dessins pour en atténuer la violence et se conformer ainsi aux instructions de la commission sur les publications destinées à la jeunesse. Onomatopées retirées, armes blanches effacées, et parfois cases entières supprimées. Le magazine mécontenta notamment ses lecteurs en interrompant en plein milieu d'une histoire la série Daredevil, du fait de la violence de ses épisodes (n°215). Dans les années 90, la tendance était aux séries indépendantes comme les Semic Version Intégrales, Strange semblait en décalage. En octobre 1996, Semic perdit la licence Marvel. Après un hiatus Strange ressuscita alors à compter du numéro 325 avec des séries DC Comics telles que JLA, Batman, Wonder Woman, Flash, Impulse, Sovereign Seven. La recette eut moins de succès et la revue s'arrêta vite au numéro 335. Ce fut la fin de Strange. Certains numéros rares se vendent à des prix atteignant les 200 euros, et le commerce de ces magazines n'est pas rare.

En janvier 2007, Organic Comix a relancé la célèbre revue sur un rythme trimestriel. Distribué dans les boutiques spécialisées, plus proche dans l'esprit des revues d'études sur les comics comme Comic Box, le N°1 ne comportait que 32 pages avec un dossier sur Jack Kirby agrémenté d'une histoire inédite, une interview de Jean-Yves Mitton et Reedman sur le nouvel album de Mikros. Le N°2 parlera notamment de Félix Molinari.



                                                                              


 

Published by D.Vicente - dans Comics